AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Guillaume + the price of power

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 16:38



Pseudo Web : Eris
Age : 17 ans
Où avez-vous trouvé LRM ? : J'étais déjà dessus sous le compte d'Alix de Bretagne Very Happy
Comment le trouvez-vous ? : Magnifique et génial  
Votre personnage est-il historique ou fictif ? Historique et totalement badass
Crédits images : Tumblr
Guillaume d'Avesnes

"Les hommes appelés à jouer un rôle décisif dans l'histoire des nations ignorent le plus souvent quels destins collectifs s'incarnent en eux."

Age : Il a en cette année 1315 vingt-neuf ans.
Date & Lieu de naissance : Aux environs de mars 1286 à Valenciennes dans un des châteaux de la famille Avesnes.
Origine : Si son coeur est français avant tout, cela ne l'empêche pas d'avoir grandit avec certaines idées typiquement anglaises ou germaniques. Néanmoins, cela ne le dérange pas outre mesure, la position géographique de ses terres l'y obligeant indirectement.
Situation amoureuse : Marié à Jeanne de Valois, fille de Charles, comte de Valois et cousine du nouveau roi de France Louis X, depuis le 19 mai 1305. Si leur relation a été des plus houleuses au départ, elle a finit par se consolider avec la naissance de leur premier enfant nommé Jean en l'honneur de son grand-père. S'en ait suivit six autres naissances. Guillaume chérit ses enfants de tout son coeur et donne autant d'amour à son fils illégitime Claas qu'à ses enfants nés de son mariage avec Jeanne.
Métier :  Comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande en plus d'être un homme politique important au sein du royaume de France.
Allégeance : À lui-même ainsi qu'à sa famille. Or il a également prêté allégeance à Louis X, serment qu'il compte bien honorer pour ses intérêts personnels.
Groupe : Les assassins
Caractère :   charismatique - juste - loyal - intransigeant - fin stratège - méfiant - observateur - perfectionniste - cynique- impulsif, il tient bien plus d'un guerrier que d'un diplomate - têtu - doté d'une mauvaise foi bluffante - peu expressif lorsqu'il s'agit de ses sentiments
Avatar : Sam Clafin

Que pensez-vous de la malédiction ?   Contrairement à sa femme, qu'il respecte malgré leur désaccord à ce sujet, Guillaume ne croit guère à la malédiction lancée par Jacques de Molay il y a de ça bientôt un an. À ses yeux, ce ne sont que des mots sans aucun pouvoir prononcés par un homme dont la chair commençait à se consumer sous les flammes du bûcher. Ainsi, comment accorder crédit aux dires d'un vieillard amaigri par la détention et au corps marqué par les coups des bourreaux ? Folie de sa part d'avoir soi-disant maudit la descendance de ce grand roi qu'était Philippe le Bel, assurément ! D'ailleurs le comte n'hésite pas à taquiner sa femme sur ce sujet dès qu'il en trouve l'occasion, en plus de lever d'un air exaspéré ses yeux au ciel. Il ne comprend décidément pas pourquoi son épouse redoute tant les mots de l'ancien maître de l'ordre du Temple jusqu'à acheter des amulettes pour se protéger elle ainsi que leurs enfants. Cet événement, aussi regrettable qu'il soit, n'est aujourd'hui plus qu'une histoire de bonne femme et ce quoi qu'on en dise. Et pour le comte, ce n'est que pur hasard que le pape Clément ainsi que le roi Philippe soient morts seulement un mois après.

Qu'êtes vous prêts à faire pour votre camp ?  Guillaume d'Avesnes est un homme puissant et il sait que son titre ainsi que la position de sa famille lui confèrent l'attention de son auditoire. Or, étant bien piètre orateur, il est bien plus un homme d'action que de parole. Et cela, il le doit à son impulsivité qui le pousse parfois à commettre des actes qu'il aurait préféré évité. Homme juste, Guillaume ne tuerait certainement pas pour le plaisir. Néanmoins, il faut parfois faire des sacrifices et si cela s'avère absolument nécessaire, il est prêt à le faire pour protéger sa famille de ses ennemis et notamment des Dampierre. Cette famille lui pourrit l'existence depuis toujours et Guillaume est intimement persuadé que les membres de la famille Dampierre ne cessent de comploter contre lui. Réalité ou fiction ? Ce qui est sûr c'est que contre eux, Guillaume pourrait tout faire et même réaliser de bien sombres desseins. Ce qui n'est pas du goût de sa femme.




Dernière édition par Guillaume d'Avesnes le Ven 31 Juil - 22:25, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 16:40



Lost and sacrifice.



Il faisait sombre dans la modeste, quoique somptueuse, église de Valenciennes. Des nuages gris recouvraient le ciel et annonçaient un temps pluvieux à venir, comme si Dame Nature célébrait également l'enterrement et la résurrection spirituelle de celui dont la vie n'avait été qu'une guerre perpétuelle. Jean Ier de Hainaut, né Jean II d'Avesnes, comte de Hainaut et de Hollande avait voué sa vie à reconquérir les terres que sa grand-mère, Marguerite de Flandre, s'était fait un malin plaisir d'enlever à son père au profit de son oncle Gui de Dampierre. Une haine farouche était restée entre ces deux branches de la famille de Flandre, toujours aussi persistante entre les héritiers de cette querelle qui avait commencé bien des décennies auparavant. Un combat où Jean de Hainaut avait initié ses fils dès leur plus jeune âge et les avait en quelque sorte conditionnés à haïr leurs cousins qu'ils connaissaient à peine. Une éducation qui avait porté ses fruits et dont le plus fervent représentant se tenait là. Debout, les mains jointes à l'avant de son abdomen, le visage grave, Guillaume Ier d'Avesnes, quatrième fils de Jean d'Avesnes et de Philippine de Luxembourg, pleurait en ce malheureux jour, la mort de ce père aimé et aimant, mais n'en montrait rien. Ses yeux restaient secs malgré le chagrin que lui causait cette perte et malgré sa mine de circonstance, il parvenait à garder un certain détachement. Fixant la dépouille sans vie de l'homme qu'il avait tant admiré, Guillaume ne pleurait pas seulement son père, il se pleurait lui-même, ou du moins le garçon qu'il avait été.

En effet, la vie du jeune homme avait changé du tout au tout lors de la célèbre Bataille des Éperons d'Or qui avait opposé Philippe Le Bel aux milices communales flamandes. Bien entendu, son père, ses frères ainsi que lui-même s'étaient empressés de rejoindre cette bataille, voyant la chance qui s'offrait à eux de défaire un membre de la famille des Dampierre. Rangés aux côtés du roi de France, les hommes de la famille d'Avesnes s'étaient montrés d'une grande bravoure, comme à leur habitude. De vrais soldats, se battant comme des lions, assommant et éventrant quiconque se trouvait en travers de leur chemin. Or, la bataille fut un parfait fiasco et tandis que l'ost royal avait subi de nombreuses pertes dont celle de Robert d'Artois, les flamants eux célébraient leur victoire. Une défaite qui marqua profondément la famille d'Avesnes qui perdit son premier né, Jean, l'héritier présomptif de son père par son droit d'aînesse. Un statut qui fut transmis, non pas à ses frères cadets rentrés dans les ordres, mais à Guillaume. Un statut qu'il ne s'attendait sûrement pas à recevoir et qu'il avait toujours redouté. N'était-il pas destiné à devenir un soldat ? Un chevalier ? À combattre sur de nombreux champs de bataille afin de montrer ses talents incontestables en maniement d'armes, mais également en tactique militaire, sans pour autant avoir à gérer tous les soucis qu'engendrait de posséder un titre important . Apprendre du jour au lendemain que le futur qu'il s'était imaginé n'adviendrait jamais avait plongé Guillaume dans une certaine mélancolie après le décès de son frère. Cependant, étant avant tout un homme d'action, l'héritier des Avesnes s'était vite repris et avait pleinement profité de sa liberté jusqu'à maintenant.

Guillaume quitta un instant la face macabre de son père pour scruter du coin de l’œil celle de sa mère. Une femme forte qui n'avait jamais montré aucun signe de faiblesse devant ses enfants, mais qui leur avait donné tout son amour. Or, malgré cette affection maternelle bien présente, Guillaume s'était souvent demandé si sa mère ne cachait pas un cœur de pierre sous ce beau visage, que le temps avait commencé à altérer, tant les choix qu'elle avait pu faire lui semblaient si inadaptés à ceux d'une femme. Néanmoins, il avait appris avec les années que sa mère agissait la plupart du temps pour l'intérêt de son mari ainsi que pour celui de ses enfants, ce qui était tout à son honneur et le jeune homme avait alors développé pour elle une confiance sans failles. Elle l'avait soutenu après la mort de son frère, en dépit de son propre chagrin. Ainsi, il espérait bien qu'aujourd'hui aussi elle saurait lui montrer la marche à suivre pour être digne de l'héritage de son père. Et en effet, Philippa de Luxembourg demeurait tout aussi froide que son fils face au corps sans vie de son époux bien que sa peau s'avérât plus pâle que d'habitude et ses mains, dont les veines bleues ressortaient davantage avec l'âge, tremblaient un peu. En elle coulait le sang de Charlemagne et Guillaume le sentit dès l'instant où elle leva ses yeux d'un bleu acier sur lui. Elle ne lui sourit pas, mais posa une main maternelle sur son épaule.

« Guillaume, il est de votre devoir à présent de vous montrer aussi capable que feu votre père entant que comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande pour le bien de tous et de continuer le dur combat qu'il a mené toute sa vie contre ces mécréants de Dampierre. Et pour cela, il va vous falloir une femme. »

La phrase était affirmative et Guillaume sut à ce moment précis que rien de ce qu'il pourrait dire ne pourrait influencer la décision de sa mère sur sa vie conjugale. Elle lui tapota l'épaule comme si elle avait pu sentir la contrariété qui grandissait dans le cœur de son fils, puis quitta l'église d'un pas tout à fait royal. Le nouveau comte de Hainaut, quant à lui, ne bougea pas d'un pouce et pensa à la belle Alida qui l'attendait dans le château de Valenciennes. Lorsque Guillaume imaginait son mariage, c'était toujours avec cette jeune femme au teint clair et aux cheveux aussi blonds que les blés qui le comblait de bonheur. Alida van de Geyne occupait toutes les pensées du comte et même s'il gardait à l'esprit que sa future union devrait être une union politique, il ne songeait pas un instant se séparer d'Alida, quoiqu'en pensent sa mère et sa future épouse.
Or, il allait en être totalement autrement pour le jeune homme …

***

Il était connu de tous que la roue de la Fortune tournait constamment, élevant ainsi une personne au plus haut avant de la faire plonger au plus bas. Cette roue guidait n'importe quel homme dans ses choix, changeant ses alliances au gré des intérêts politiques qui s'offraient à lui. Ainsi, si douze années auparavant la famille d'Avesnes avait entretenu des relations plus que tendues avec les Valois, en cette année 1304, cela allait définitivement changer. Bien entendu, la perspective de nouvelles affinités entre ces deux clans ne plairait pas à tout le monde, mais Guillaume connaissait les risques qu'il prenait alors qu'il pénétrait sous la tente en toile de Charles de France, comte de Valois. Il y avait longuement réfléchi, pesant le pour et le contre de la proposition que lui avait faite cet homme tandis qu'ils fêtaient leur victoire contre les insurgés flamands et il avait jugé qu'une telle opportunité ne se présenterait pas deux fois. Après tout, combien y avait-il de chance pour que Guillaume s'unisse à une famille aussi puissante que les Valois et que cette dernière face partie de la famille royale française, sa première alliée ? Très peu et cela, le jeune homme le savait bien. Pourtant, il n'était guère dans les habitudes du comte de Hainaut de réfléchir avant d'agir. Impulsif comme aucun autre, il était ardemment difficile pour le jeune homme de contenir son impatience et sa fougue naturelles. Depuis la mort de son père, il avait néanmoins appris à les contenir un tant soit peu, ce qu'il lui avait donné la chance de remporter ses premières batailles entant que comte de Hainaut. Et il comptait bien les contenir encore une fois pour faire le bon choix quant à son futur mariage avec la fille cadette du comte : Jeanne. Tout ce qu'il savait d'elle à ce jour était ce que Charles de Valois avait bien voulu lui communiquer. Pas grand-chose en vérité.

Les valets annoncèrent Guillaume au frère du roi de France tandis que celui-ci attendait patiemment d'entrer dans la pièce où Charles de Valois allait le recevoir. Ce n'était certes pas un endroit des plus conventionnels pour discuter d'un tel sujet, mais les troupes n'avaient pas eu le temps nécessaire pour remballer toute leur artillerie de guerre. Il fallait donc bien trouver quelque part où régler cette affaire plus urgente qu'elle n'en avait l'air et la tente du père de la future marié s'était avérée l’emplacement le plus logique pour régler cette affaire. Ainsi, pendant que Guillaume patientait, il remarqua que le campement du comte de Valois était tout à l'image de son propriétaire : luxueux, dépensier, fastueux et imposant. De quoi faire naître une lueur d'envie dans le regard de Guillaume qui pensait déjà aux avantages de son union avec cette Jeanne et de la dot qui allait suivre. Même si ce mariage le rebutait au premier abord, il se confortait dans l'idée qu'il pourrait toujours garder Alida à ses côtés tout en possédant les atouts d'une alliance matrimoniale avec la fille de l'homme le plus puissant du royaume de France, après le roi bien entendu. De plus, il ne fallait pas omettre un détail qui avait son importance. La fillette avait quoi ? À peine dix ans ? Il était totalement impensable pour le bel et jeune homme qu'était Guillaume de se rendre dans la couche d'une gamine ignorante alors que sa maîtresse connaissait toutes ses envies, tous ses désirs. Ainsi, il pourrait attendre avant de consommer sa future union sans que l'enfant qui allait devenir sa femme ne puisse faire ou dire quoi que ce soit. Il ne craignait même pas que sa mère intervienne dans cette affaire tant la haine qu'elle entretenait pour le comte de Valois était forte et tenace.

Une fois devant son futur beau-père, Guillaume s'inclina respectueusement avant d'offrir un large sourire satisfait à son hôte. Ce dernier lui retourna ce geste avec toute la majesté dont il était capable et lui fit signe de s'asseoir auprès de lui sur un des fauteuils en bois que les valets avaient placés là. Le comte de Hainaut pris place, s'appuyant contre le dossier quelque peu inconfortable du réceptacle qui abritait à présent sa personne.

« Je suis bien aise de vous revoir aussi tôt cher comte. Alors dites-moi, venez-vous pour discuter de notre victoire contre les Flamands ou bien du sujet que nous avons abordé voilà quelques jours ? »

Au vu du ton assuré et de la mine ravi du comte de Valois, Guillaume savait que Charles de France connaissait déjà son choix et s'en réjouissait à vue d’œil. Le jeune homme vint alors poser ses avant-bras sur ses cuisses, le dos légèrement courbé et lança un regard entendu au frère du roi.

« Je viens vous faire part de mon choix, en effet. J'accepte de prendre votre fille cadette, Jeanne, comme épouse afin que nous soyons des alliés durables contre ces maudits Dampierre. Or, vous semblez plus informé que moi de mes propres décisions. »

Les deux hommes échangèrent un rire complice tout en gardant une certaine distance dans leur regard. Ils avaient beau être à présent liés par un contrat de mariage, qui serait rédigé au plus vite, cela ne les empêchait guère de savoir l'un et l'autre qu'une paix assurée pouvait très vite de transformer en un bain de sang. Charles de Valois fit signe à un valet de leur servir du vin. Guillaume attrapa la coupe avec agilité, le liquide rouge remuant à peine dans le récipient en or.

« Levons nos verres à votre futur mariage alors ainsi qu'à ma fille. Dans moins d'un an je vous appellerai « mon fils » et vous me donnerai le nom de « père ». »

Ces deux combattants nés trinquèrent ensemble, faisant gicler le vin sur le sol. Guillaume vida son verre d'un trait. Si seulement il savait, pensa-t-il.



Dernière édition par Guillaume d'Avesnes le Lun 17 Aoû - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 16:40



Love and tears.


Alida van de Geyne était dans une rage folle. Voilà bientôt plus d'une heure qu'elle suppliciait, pleurait, criait contre son amant afin que ce dernier n'aille pas rejoindre la couche de sa femme légitime. Ses cheveux blonds s'attrapaient dans ses larmes aussi fausses que l'était sa personne en général et collaient à ses joues rosies par l'effort. Un éclat dément venait voiler ses yeux d'habitudes moqueurs. Quiconque l'aurait croisé dans cet état l'aurait prise pour une gueuse à moitié folle et non pas pour une demoiselle de la noblesse du Hainaut. Mais là était le caractère intempestif de la jeune femme de dix-huit ans et Guillaume savait les dangers qui le guettaient lorsqu'il avait pris Alida comme maîtresse autant pour ses beaux yeux que pour son esprit vif, quand ce dernier n'était pas embrumé par la jalousie, bien entendu. Le sieur d'Avesnes regardait sa concubine d'un air distrait, son regard dérivant de son visage déformé par la colère aux tapisseries qui recouvraient les murs en passant par les boiseries du lit à baldaquin sur lequel il avait l'habitude de dormir. D'ailleurs ; c'était bien la seule chose dont il avait envie : dormir. Sa vision devenait de plus en plus floue et chaque bruit résonnait dans sa tête bien plus fort qu'il ne l'était en réalité. La bouche pâteuse, Guillaume maudissait silencieusement sa mère de s'être mêlée de ce qui ne la regardait pas encore une fois. Il lui aurait bien tenu tête, après tout il était le comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande et il était bien assez grand pour agir à sa guise, mais elle demeurait sa mère et il se devait de l'écouter. Une autorité qu'il ne pouvait contester en dépit des années. Ainsi, il n'avait pu discuter lorsque sa mère lui avait ordonné d'honorer son mariage avec Jeanne de Valois. Et s'il allait exécuter cette demande, il n'allait sûrement pas le faire dans la joie, la bonne humeur et la sobriété. Guillaume ne se rappelait même plus combien de verres il avait ingurgité avant de venir faire une dernière visite dans les chambres de sa maîtresse.

« Alida, cessez donc de vous emporter ainsi, cela n'est pas bon pour le bébé. Ce n'est pas parce que vous portez le fruit de notre amour que je me rends dans les appartements de Jeanne, mais bien parce que j'y suis obligé. Ne voyez-vous dont pas combien cela me coûte ? Maintenant, je vais vous laisser car il faut vraiment que j'y aille. »

Guillaume se leva se la chaise sur laquelle il s'était assis et sa démarche se fit à la fois titubante et hésitante tant l'alcool altérait sa perception visuelle. Il voulut embrasser Alida, mais cette dernière lui tourna tout simplement le dos, une moue boudeuse sur le coin des lèvres. Le comte haussa avec lassitude ses épaules, ne désirant aucunement se battre contre elle. Il n'en avait ni la force, ni le courage, ni l'envie. Il passa donc son chemin, sortit des appartements d'Alida et suivit un de ses serviteurs qui illuminait le couloir à l'aide d'une torche. Guillaume se dirigea vers la chambre de son épousée. Depuis un an, il l'avait à peine touchée ou regardée et s'en portait fort bien. Cette gamine ne l'attirait pas du tout et la simple idée de coucher dans les mêmes draps qu'elle l'incommodait. Mais cette nuit il devait accomplir ses devoirs conjugaux et faire de cette enfant petite et fragile une femme. Sa femme.  
Une fois devant la lourde porte en bois qui débouchait sur les pièces qui constituaient les appartements de la comtesse de Hainaut, Guillaume hésita. Il aurait bien fait demi-tour, mais s'il ne montrait aucun doute lorsqu'il se trouvait sur un champ de bataille, il ne le ferait pas non plus devant une enfant de douze ans. Néanmoins, il dut prendre une grande inspiration avant de pousser la porte et de rejoindre la chambre de son épouse. Cette dernière était allongée sur le lit, vêtue d'une simple chemise, ses cheveux de jais tombant délicatement sur ses frêles épaules. Ses servantes avaient fait le nécessaire pour qu'elle soit la plus attirante possible, mais Guillaume ne le remarqua même pas. Il se retourna et verrouilla la porte avant de s'approcher de la couche où Jeanne était étendue. Sa voix n'était qu'un murmure lorsqu'elle ouvrit la bouche.

« Que dois-je faire monseigneur ? »

Guillaume, le regard embrumé par l'alcool et par l’acte qu'il était sur le point de commettre, balaya la remarque d'un geste de la main.

« Rien. Vous ne faites rien. Restez allongée et ne bougez pas. »

Le comte de Hainaut monta sur le lit, son haleine empestant l'alcool. La seule chose dont il se souvint le lendemain, ce fut la détermination dans le regard de cette femme-enfant malgré les larmes perlant aux coins des yeux.

***

Voilà bientôt quatre mois qu'Alida avait accouché d'un petit garçon baptisé Claas. Un magnifique nourrisson aussi robuste que son père et ce dernier en était d'ailleurs très fier. La maîtresse de son cœur lui avait donné un beau garçon et il ne l'en aimait que davantage. Certes, Claas ne porterait jamais le nom des Avesnes et posséderait à tout jamais le fardeau que lui incombait son statut de bâtard, mais Guillaume comptait l'élever aussi bien que son futur héritier à naître. En effet, peu de temps après qu'il ait rendu visite à sa femme pour la première fois depuis leur mariage, cette dernière était tombée enceinte. Le comte de Hainaut espérait bien que cette naissance soit celle de l'héritier que sa mère avait tant voulu pour lui. L'héritage de la famille d'Avesnes serait alors assuré et le jeune homme n'aurait plus à visiter le lit de sa femme autant de fois qu'il aurait dû le faire si l'enfant à naître serait une fille. Or, au plus profond de lui, Guillaume sentait que la vie grandissante dans l'énorme ventre de Jeanne était de sexe masculin. Une intuition que sa femme ne cessait de lui confirmer en citant les explications des sages-femmes quant à la position du bébé pour connaître sa sexualité. Le comte de Hainaut ne comprenait goutte à ces choses-là, mais écoutait néanmoins. Car s'il y a bien une chose qui avait changé dans le quotidien de Guillaume était sa relation avec sa jeune épouse. Si au départ il l'évitait, à présent il tentait de lui accorder un tant soit peu d'attention. Cette affection naissante qu'il portait à Jeanne n'était certainement pas pour plaire à Alida qui se faisait un plaisir de rabaisser sa supérieure hiérarchique. Or, elle avait beau faire preuve de mépris, son influence diminuait un peu plus chaque jour au sein du domaine de son amant. Ce dernier allait même jusqu'à la faire taire lorsqu'elle critiquait Jeanne de Valois, alors que jamais auparavant il n'aurait agi de la sorte. Guillaume d'Avesnes était un homme nouveau.

En ce jour d'octobre 1306, le comte de Hainaut se trouvait devant la chambre de Jeanne de Valois. Depuis bientôt trois heures maintenant, les cris de cette dernière résonnaient à travers les murs du château de Valenciennes et Guillaume avait de plus en plus de mal à les supporter. Son regard était fixé sur la même porte en bois qu'il avait poussé, il y avait de cela neuf mois, afin d'honorer son mariage avec Jeanne de Valois. Inconsciemment, le jeune homme se mordillait l'intérieur de la lèvre, se posant les mêmes questions qu'il s'était posé lorsque Alida avait accouché quatre mois auparavant. Des questions sans doute sans importance, mais qu'il se plaisait à se demander. Cela lui occupait l'esprit et il n'avait plus à écouter ce qui se passait derrière la lourde porte.
Soudain, cette dernière s'ouvrit et le visage d'une femme d'une quarantaine d'années apparut. Sa robe était tachée de sang et d'un chiffon sale, elle tentait d'enlever le liquide d'un rouge sombre qui collait à ses mains. Un sourire avenant, elle fit une légère révérence avant de s'adresser au comte.
« Le travail de votre épouse est terminé monseigneur. Vous pouvez entrer et venir voir votre petit garçon. »
Guillaume n'hésita pas une seconde de plus et la mine réjouie, il pénétra dans la chambre de son épouse. Des servantes changeaient les draps maculés de Jeanne tandis que cette dernière tenait entre ses bras son premier né. Le comte de Hainaut se pencha vers elle et déposa un tendre baiser sur son front où perlaient quelques gouttes de sueur dues à l'effort qu'elle venait de faire. Donner naissance à un enfant pour une jeune fille si jeune n'était pas une chose aisée et la tâche était aussi difficile que dangereuse. Pour cette raison, Guillaume ressentit une certaine fierté vis-à-vis de Jeanne et essuya du bout du doigt les larmes du bonheur qui coulaient sur les joues de sa femme.

« Vous avez été parfaite, Jeanne. Je vous remercie grandement d'avoir donné naissance à un aussi beau bébé. »

Comme pour affirmer les dires de son père, le nourrisson, nommé Jean en l'honneur de son grand-père, poussa un petit cri. Jeanne et Guillaume rire de bon cœur face à la réaction de leur héritier. Ce dernier possédait les cheveux sombres de son père ainsi que ses yeux. Pour le reste, il tenait de sa jeune mère et en cela il promettait de devenir un beau jeune homme. Guillaume le prit alors dans ses bras, tout aussi émerveillé de voir la chair de sa chair que lorsqu'il était allé voir Claas. Dans un doux geste paternel, le comte de Hainaut passa la pulpe de son index sur l'arrêt du nez de son fils.

« Je suis ravi que vous vous portiez bien, mon fils. Vous serez élevé par la même nourrice que Claas, ainsi, en plus de posséder le même sang paternel, vous serez frères de lait. Nous serrons une famille unie et qu'importe que Claas porte le nom de bâtard, il aura les mêmes chances que vous de devenir un bon Avesnes. Ah vous souriez ! Le même sourire que votre mère, n'est-ce pas tout à fait charmant ? »

Il se tourna vers Jeanne et lui sourit. Or, tout à son bonheur, il ne vit pas la mine déconfite de cette dernière face à cette nouvelle.

***
Jamais rien au monde n'avait fait changer d'avis Guillaume d'Avesnes, comte de Hainaut, si ce n'est sa mère qui occupait une grande place dans sa vie. Ni son père, ni ses frères, ni ses précepteurs n'avaient pu tirer quoi que ce soit de son intransigeance. Guillaume n'aimait pas qu'on le contredise et il était bien rare de le voir revenir sur une décision qu'il avait déjà prise. Or, il semblerait qu'en la personne de Jeanne, le comte ait trouvé une personne tout aussi entêtée que lui. En effet, avec les années, Jeanne de Valois avait petit à petit pris une place importante au sein de la famille d'Avesnes et son attitude effacée du début avait totalement disparu pour laisser place à une détermination sans failles lorsqu'elle se retrouvait seule avec son époux. Cette évolution était due au fait que Guillaume lui rendait de plus en plus visite et lui montrait une affection digne de celle d'un époux à sa femme. En preuve de leur amour naissant, les enfants avaient suivi et Jean avait à présent un frère et deux petites sœurs. Le comte de Hainaut chérissait sa progéniture et se montrait très prévenant envers eux, autant les garçons que les filles. Les Avesnes avaient à ce jour tout de la parfaite famille, mais aux yeux de la comtesse, il demeurait néanmoins une tache à cet idyllique tableau : Alida van de Geyne.
Guillaume connaissait les relations tendues qui existaient entre les deux femmes et qui n'avaient cessé d'empirer depuis que le comte délaissait peu à peu sa fougueuse maîtresse pour rester auprès de sa tendre épouse. Mais aux yeux du jeune homme, ce n'était que des histoires de femmes, des choses dont il n'avait pas à se soucier. Alors, qu'elle ne fut pas sa surprise quand Jeanne vint le voir pour lui demander de trouver un époux à Alida ! Il n'en avait pas cru ses oreilles et lui avait même demandé de reformuler sa requête. Or Jeanne s'était montrée bien claire : elle voulait que sa plus grande rivale quitte Valenciennes pour de lointaines terres reculées, loin de leur famille. Dès lors, Guillaume avait essayé de se montrer sans appel, distant et presque froid avec la charmante jeune femme de seize ans qu'était devenue Jeanne. Cependant, cette mascarade ne tarda guère à s'effondrer et le comte de Hainaut se mit à chercher un bon parti pour celle qui avait occupé une place importante dans son cœur plusieurs années durant. Il l'aurait bien gardée auprès de lui d'ailleurs, or il devait se rendre à l'évidence. Entre une vie dissolue avec une femme instable et la vie de famille confortable et tranquille qu'il menait, Guillaume n'hésiterait pas un instant à faire son choix. Et il l'avait fait.

Le soleil commençait à terminer sa course folle tandis que le spectre de la Lune apparaissait peu à peu dans le ciel. Des nuages parsemaient la voûte céleste où quelques étoiles pointaient déjà le bout de leur nez. Peu de monde se trouvait dans la cour du château de la famille Avesnes dans le centre de Valenciennes car Guillaume avait décidé que le départ de sa maîtresse n'avait pas à se transformer en une humiliation populaire. Alida ne lui adressait pas un sourire, pas un regard et le jeune homme avait beau regretter quelque peu le comportement de son ancienne maîtresse, il la comprenait. Sa chevelure blonde était relâchée sur ses épaules recouvertes d'une cape en fourrure et Alida van de Geyne apparaissait tel un ange au milieu du crépuscule naissant. Elle était d'une grande beauté, c'était un fait indéniable. Mais le cœur de Guillaume appartenait à présent à Jeanne de Valois et à cet instant précis, alors qu'Alida s'incliner devant lui en guise d'adieu, il se rendit compte à quel point elles étaient si différentes l'une de l'autre. Elles étaient le jour et la nuit, le blanc et le noir et malgré leurs différences, il ne pouvait s'empêcher de les aimer toutes les deux. La mine grave, il inclina légèrement sa tête en guise de réponse à Alida. Du coin de l'oeil, il aperçut le rictus satisfait de Jeanne. Il s'était décidément bien trompé sur le compte de sa femme et ne l'en aimait que davantage pour cette raison. Parce que Jeanne savait le surprendre, le soutenir, le conseiller alors qu'Alida ne faisait que pavaner et profiter.
La mère de Claas, fils illégitime de Guillaume, s'en alla sans un mot, pénétrant dans le carrosse qui la mènerait jusque dans ses nouvelles terres. Le comte de Hainaut se tourna alors vers sa femme, attrapa sa taille et déposa un baiser sur les lèvres de son épouse.

« Allons ma mie, rentrons chez nous. »


Dernière édition par Guillaume d'Avesnes le Lun 17 Aoû - 22:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 16:41



Fire and whispers.


Ils étaient trois à se présenter devant lui, des mines graves sur leur jeune visage. Willem, Aleide et Ida de Cuser, tous portant le fardeau d'être né bâtards du Hainaut. Guillaume avait grandi avec eux et avait appris à les apprécier, à comprendre leur situation et à les soutenir. Or, il avait toujours gardé une certaine distance vis-à-vis des enfants illégitimes de son père par respect pour sa mère. Celle-ci leur avait toujours voué un mépris tenace et dès la mort de Jean, Philippa de Luxembourg avait vite fait de les envoyer au loin et de couper les revenus que leur avait gracieusement offert feu son époux. Guillaume n'avait alors émis aucune objection, se contentant de suivre l'affaire de loin, bien trop occupé à des tâches plus importantes à l'époque. Or, à présent que sa mère était six pieds sous terre, il se devait de régler cette affaire familiale. Entant que comte de Hainaut et patriarche de la famille d'Avesnes, Guillaume se devait d'intervenir et ne pouvait décemment plus ignorer la progéniture bâtarde de son père. D'ailleurs, celle-ci n'avait guère tardé à faire son apparition à peine le corps de l'ancienne comtesse était-il descendu sous terre dans la chapelle où reposaient les corps de tous leurs ancêtres. Néanmoins, Guillaume ne leur avait pas tenu rigueur de cette hâte à rentrer en grâce, qu'il comprenait malgré tout.

De nombreuses personnes étaient venues assister à cette « réconciliation » qui se déroulait dans la Grande Salle où le comte de Hainaut recevait ses vassaux et écoutait leurs requêtes. Ses yeux se posaient tour à tour sur les visages de ses cadets, observant leur physionomie. Voilà bien longtemps qu'il ne les avait pas vu et il remarqua ô combien ils avaient changé et grandi. Sept années les séparaient de leur dernière rencontre et en sept années, les vilains petits canards s'étaient transformés en de beaux cygnes. Willem ressemblait sans conteste à leur père et possédait une similarité flagrante avec Jean, cadet cette fois légitime de Guillaume. Quant aux aux deux magnifiques jeunes femmes qu'étaient devenues Aleide et Ida, elles tenaient assurément de leur mère. Le comte de Hainaut leur offrit un sourire, malgré un regard toujours aussi froid. Comme à son habitude, Guillaume ne laissait rien paraître de ses sentiments face à tous ce beau monde, mais l'attente tintée de fébrilité qui s'installait entre les murs en pierres recouverts de tapisseries luxueuses lui donnait envie de rire. Tant de solennité pour un sujet qui ne possédait réellement aucun impact sur le comté du Hainaut ! Cependant, le maître des lieux désirait faire ça dans les règles et s'y tenait.

« Willem, Aleide et Ida de Cuser, fils et filles d'Agnès de Cuser et de Jean d'Avesnes, deuxième du nom, je vous accorde une place dans ma maison et dans ma famille comme enfants illégitimes de feu mon père le comte de Hainaut. Willem, vous nous servirez moi et mes terres par la grâce de votre épée, Aleide vous épouserez Wolfert II van Borsselen, un homme bon et fidèle qui je suis sûr fera votre bonheur et Ida, jeune Ida votre destin est entièrement vôtre pour le moment. »

En effet, il n'avait trouvé aucune place, ni aucun époux pour la plus jeune des bâtardes de son père et la laissait donc libre de sa vie, pour le moment du moins. L'entrevue étant terminée, il inclina légèrement la tête en guise de salutation et parti rejoindre ses appartements, suivi de sa femme.

***


Dans tout le royaume de France, et même dans le monde entier, les mariages étaient souvent arrangés, ce qui paradoxalement n'arrangeait généralement les jeunes époux. Les histoires de tromperies, de trahisons, de meurtres et de larmes étaient bien plus réelles qu'on ne pouvait se l’imaginer. Rares étaient alors les couples ou les familles heureuses qui vivaient dans la joie et l'allégresse. Guillaume d'Avesnes et Jeanne de Valois auraient pu passer pour l'une de ses familles sans problème. Après tout, leur union désastreuse du départ s'était transformée en un amour sincère et les naissances s'étaient suivies, régulières. Or, les apparences sont souvent trompeuses et si Guillaume et Jeanne semblaient soudés comme jamais, ce n'était pas toujours le cas. Les sujets de discorde étaient nombreux et s’immisçaient entre eux tel du venin. Le couple ne se parlait alors plus pendant des jours, comme deux enfants immatures. Un froid s'installait dans la demeure de Mons, qui était la favorite du comte et de la comtesse et personne n'osait plus parler tant que le couple ne s'était pas rabiboché. Certes, après un certain temps de bouderie, la paix revenait, mais cela n'était guère pour bien longtemps.

Guillaume et sa femme Jeanne venait de terminer de manger dans l'appartement de cette dernière. Parfois, ils se retiraient et se servaient eux-mêmes, sans serviteurs pour les aider, comme deux personnes normales. Le comte aimait ces moments de calme loin des obligations qui lui incombaient. Cela lui rappelait quand il était encore un jeune garçon insouciant destiné à devenir un simple soldat et non pas un des hommes les plus puissants du royaume de France. Tandis qu'il essuyait le contour de sa bouche et le bout de ses doigts salis par la sauce sur la nappe qui recouvrait la table, Guillaume sentit le regard de sa femme se poser sur lui. Il s'arrêta dans son élan et la regarda par-dessous ses cils, attendant qu'elle se confesse à lui. Avec les années, il commençait à la connaître et il lui était assez facile à présent de discerner lorsque sa femme attendait quelque chose de lui ou non. Et heureusement pour le comte, cela était rare. Un sourire naquit sur ses lèvres à cette pensée et il se releva, appuyant son dos sur le dossier de son fauteuil. Les ombres produites par le feu de cheminée dansaient sur le visage de Jeanne et créaient une atmosphère de mystère autour du visage pâle de la châtelaine. Cette dernière prit une inspiration avant de prononcer la demande qui lui trottait à l'esprit.

« Guillaume, je désire rendre visite à la comtesse de Namur. »

Ces quelques mots avaient été lâchés de but en blanc et avaient l'effet d'une bombe sur le comte de Hainaut. Celui-ci fixa son épouse d'un œil à la fois mauvais et interrogateur et attendit quelques secondes avant de lui donner la réponse qu'ils connaissaient tous les deux.

« Non. »

Un mot. Trois lettres. Et un ton incontestable. Il n'était plus temps de sourire ou de rire, l'ambiance se gâtait à la table des Avesnes. Guillaume contracta sa mâchoire, piqué par la requête de sa femme qu'il ne comprenait pas. Oui, décidément, il ne voyait pas quel intérêt sa femme avait de sympathiser avec l'ennemi. Si la comtesse de Namur était née Marie d'Artois, elle appartenait à présent à la famille Dampierre par alliance et jamais, au grand jamais, Guillaume n'autoriserait sa femme ou ses gens à côtoyer de telles vermines.

« Mais pourquoi donc ? Est-ce encore pour cette histoire de querelle interminable entre notre famille et celle des Dampierre ? Mais enfin le comte de Namur vous à prêter hommage pour ses terres ! »

« Et alors ? Cela ne signifie absolument rien. Je vous prierais donc de vouloir bien cesser la relation que vous entretenez avec la femme de ce vil homme, qui doit sûrement être tout aussi corrompue que lui. Et puis pour quelles raisons iriez-vous la voir ?»

Un silence de mort prit place dans la pièce sombre, seulement éclairé par les flammes des bougies et du grand feu de cheminée. Jeanne baissa son regard sur son assiette et Guillaume sentit un sentiment de suspicion envahir son cœur et cela n'était certainement pas pour lui plaire. Le comte entrouvrit ses lèvres et cligna plusieurs fois des paupières, comme si cela l'aidait à ingérer la raison que sa femme avait de visiter son amie la comtesse de Namur, raison qu'il connaissait déjà.

« Ne me dites pas que c'est encore pour cette histoire concernant le soi-disant meurtre de feu votre belle-mère Catherine de Courtenay . »

Guillaume bouillonnait intérieurement. Combien de fois lui avait-il répété que la mort de l'ancienne femme de Charles de Valois n'avait absolument rien de suspect ? Que la maladie n'avait fait que l'emporter comme elle le faisait à beaucoup dans ce monde où la vieillesse était un cadeau empoisonné bien rare ? Mais Jeanne refusait d'écouter. Elle restait butée sur cette idée et le comte de Hainaut avait de plus en plus de mal à le supporter. Maintenant que les templiers décimés et que Philippe le Bel était décédé, le royaume de France était en grand trouble. Le couronnement de Louis X était un fiasco, ce dernier ne sachant absolument pas diriger et ne faisant qu'écouter les conseils de son oncle Valois qui menait le royaume à sa perte. Ainsi, même si Guillaume désapprouvait la politique de son beau-père, il n'était guère tant de fâcher ce dernier avec d'absurdes histoires d'empoisonnement.

« Mais Guillaume ce n'est pas une simple histoire, c'est la vérité ! Je suis certaine que la nouvelle femme de mon père, cette Mahaut de Châtillon a mis fin aux jours de mon ancienne belle-mère et je suis bien décidée à le prouver ! »

« Cessez ! »

Le comte de Hainaut se leva d'un coup, renversant sa chaise par la même occasion. Son poing tapa sur la table en bois et un bruit sourd résonna dans la pièce. Le sang lui montait au visage à cause de la colère qui le possédait à cet instant. Pointant son index vers sa femme, il la fixa d'un regard froid, une lueur d'avertissement en son centre.

« Je vous somme d'arrêter cette mascarade Jeanne. Vous ne défierez ni votre père, ni votre belle-mère, ni moi en cherchant des réponses à des questions qui n'ont aucun lieu d'être. »

Le bel homme de vingt-huit qu'était devenu Guillaume se releva de toute sa haute stature et quitta les appartements de sa femme sans un regard, sans un mot.

***

C'était un véritable désastre. Une terrible catastrophe. Jamais Guillaume n'avait vu un pareil ost de toute sa vie. Dieu semblait de toute évidence contre eux tant la pluie battait contre leurs amures et leurs tentes montaient à la va-vite dans la boue et l'incapacité du roi à prendre une décision n'arrangeait rien. Ce dernier avait mis tant d'ardeurs à partir en guerre contre les Flandres qu'il n'avait rien préparé. Les troupes étaient dissolues, la plupart des fantassins ne s'étaient pas présentés et si le campement de Guillaume était aussi organisé que celui de Philippe de Poitiers, ce n'était pas le cas pour tous. Énervé, le futur trentenaire attendait les ordres du souverain, faisant les cent pas dans sa maison de fortune. Son frère cadet Jean se trouvait à ses côtés, assis pour sa part, bien plus calme que son aîné. Guillaume savait que Jean n'aimait pas ou du moins plus la guerre depuis qu'il avait accidentellement tué un enfant. Le comte de Hainaut ne savait absolument pas comment aborder ce sujet avec le premier concerné et dès qu'il y parvenait un tant soit peu, c'était Jean qui détournait la conversation. Un combat entre les deux frères qui n’avançait pas. Ils piétinaient dans leurs sentiments comme les soldats dans la terre boueuse des Flandres.

Tel un lion en cage, Guillaume tournait et retournait entre ses quatre murs. Outre le départ des combats, sa seule pensée était pour sa femme Jeanne, qui n'allait pas tarder à mettre au monde un nouvel enfant. Le comte espérait sincèrement que tout se passerait bien et qu'il aurait un nouveau bébé à choyer. Rares étaient les parents attentionnés dans ce monde, mais les Avesnes montraient un amour inconditionnel pour leur progéniture qu'ils se faisaient un plaisir de gâter. Philippa, la seconde des filles, étaient sûrement la préférée de Guillaume. La jeune demoiselle avait tout des femmes du Hainaut et ressemblait de plus en plus à sa mère chaque jour. Le comte lança un regard à son cadet, qui avait maintenant vingt-sept ans et le plaignit silencieusement. Toujours pas marié, Jean avait une âme de solitaire. Tandis que Guillaume avait goûté les joies de la paternité alors qu'il n'avait pas vingt ans, Jean lui ne connaissait toujours pas le plaisir de posséder une épouse. Mais ainsi va la vie et chaque existence était différente.

Or, Guillaume savait aussi que le roi Louis X n'avait plus en tête que l'image de sa future reine, Clémence de Hongrie et que cette nouvelle obsession allait faire de cet ost contre les Flandres une expérience risible. La plus belle femme de Naples n'allait pas tarder à arriver à Paris pour son mariage et tout le monde savait que Louis X attendait de voir mademoiselle de Hongrie avec une impatiente croissante. Allez savoir, peut-être allait-il aller jusqu'à annuler l'ost ! Et malheureusement pour Guillaume, cette nouvelle lui fut confier par Willem tandis que celui-ci pénétrait dans sa tente.

« Guillaume, le roi vient de donner l'ordre de rentrer sur nos terres. L'ost est annulé. Il va de ce pas rejoindre Clémence de Hongrie à Vincennes. »

Décidément, pensa Guillaume, les femmes causeront notre perte !



Dernière édition par Guillaume d'Avesnes le Mer 19 Aoû - 21:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 16:50

Re-Bienvenue ♥
Amuses toi bien avec ce nouveau personnage
Revenir en haut Aller en bas

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 16:51

Merci

_________________
count of hainaut, holland, zeeland.
« N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 16:56

OMG!!! Bienvenu!!!
Revenir en haut Aller en bas

Le loup

Le secret dévoilé
Votre clan: La Foi catholique par dessus tout
Votre personnage:
Crédit: (a) maquizz, (g1) andsowewalkalone, (g2) meerareed, (s) jamesmcavoid, (sd) darlingdeano
avatar


Arnaud de Pellegrue
♔ Messages : 364
♔ Date d'inscription : 20/06/2015
♔ Pseudo : Marie
♔ Age : 23
♔ Camp : Celui du Saint-Siège, son âme appartient au Tout Puissant
♔ Avatar : James McAvoy

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 17:19

J'en connais une qui va être aux anges...


Bienvenue Comte, et bonne fiche Very Happy

_________________

I believe in yesterday
Yesterday all my troubles seemed so far away, now it looks as though they're here to
stay. Suddenly I'm not half the man I used to be, there's a shadow hanging over me.


Fiat Lux :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les Maudits
avatar

Blanche de Savoie
♔ Messages : 278
♔ Date d'inscription : 21/06/2015
♔ Pseudo : ironlungs
♔ Camp : Mon coeur est partagée entre ma mère la France, ma cousine Lyon et mon épouse la Suisse.
♔ Avatar : Alexandra Dowling

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 19:04

Rebienvenue !
Et bon courage pour ta fichette !

_________________
Virtute duce, comite fortuna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 19:30

Merci à vous trois

_________________
count of hainaut, holland, zeeland.
« N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 19:40

Aux anges ne commence même pas à le décrire Arnaud
C'est juste trop trop génial que tu aies pris mon petit Guillaume                
Surtout qu'on a encore de très très grandes choses de prévus pour le futur    

Merci encore d'avoir pris mon Guillaume
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 20:06

REbiienvenue avec ce super perso
Revenir en haut Aller en bas

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 18 Juil - 21:13

Merci à vous deux

J'ai trop hâte de jouer avec toi Jeanne entant que Guillaume !!!

_________________
count of hainaut, holland, zeeland.
« N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Dim 19 Juil - 9:37

moi aussi
Revenir en haut Aller en bas

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Dim 19 Juil - 10:44

On va tout déchirer sur le forum

_________________
count of hainaut, holland, zeeland.
« N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Dim 19 Juil - 11:36

De toute manière, les Avesnes sont les meilleurs
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Dim 19 Juil - 12:43

Guillaume, quel superbe choix de personnage !
Re-bienvenue sur LRM, bonne chance pour ton histoire Razz
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Lun 20 Juil - 18:58

UN HOMME UN HOMME !

Revenir en haut Aller en bas

Les Maudits

Le secret dévoilé
Votre clan: Les Valois
Votre personnage:
Crédit: Gentle Heart
avatar


La Reine Empoisonnée
♔ Messages : 678
♔ Date d'inscription : 19/08/2014
♔ Pseudo : Love
♔ Age : 25
♔ Avatar : .

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Mar 21 Juil - 22:37

♥♥♥♥
Il nous faudra un super lien de la mort qui tue tout !!!!!!!!
Rebienvenue chez toi & bon courage pour la rédaction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pub-rpg-design.com/

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Mer 22 Juil - 12:10

Merci beaucoup à vous les filles

Jeanne + Oui les Avesnes vont conquérir le monde

Marguerite + Oh oui, nous faudra un super lien

_________________
count of hainaut, holland, zeeland.
« N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Ven 24 Juil - 13:43

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Ven 31 Juil - 21:56

Merci Jeanne ! Very Happy

_________________
count of hainaut, holland, zeeland.
« N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Dim 2 Aoû - 7:51

Rebienvenue sur le forum avec ce compte et bon courage pour finir la fiche !
Revenir en haut Aller en bas

L'Assassin
avatar

Guillaume d'Avesnes
♔ Messages : 135
♔ Date d'inscription : 17/07/2015
♔ Pseudo : Eris
♔ Camp : Le sien avant tout quoiqu'il ait prêté allégeance au roi Louis X.
♔ Avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Sam 8 Aoû - 19:23

Merci Jeanne

_________________
count of hainaut, holland, zeeland.
« N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power Mer 19 Aoû - 20:53


autrement dit, j'approuve, j'adhère, j'adore J'ai adoré les passages que tu as choisi, le point de vue de Guillaume pour tous les événements, y tout y tout

juste Philippa, c'est la deuxième fille, c'est Marguerite l'aînée, mais bon, ce n'est qu'un détail Wink
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Guillaume + the price of power

Revenir en haut Aller en bas
 

Guillaume + the price of power

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Josh Price [TERMINE]
» Guillaume Pille
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» Samia à l'hôpital {Guillaume, Malik, Ahmed ? Florent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♔ LES ROIS MAUDITS  ::  :: L'audience du roi. :: Rejoignez les Maudits-