AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au nom de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

MessageSujet: Au nom de France Mar 23 Aoû - 19:35






Paris, Hôtel d'Artois, juin 1316


Philippe,


Peu d'heures se sont écoulées depuis que je t'ai écris ma dernière missive. Les évènements se sont enchaînés à une telle vitesse selon la volonté de Dieu que je n'ai pu faire autrement que de reprendre la plume.

La culpabilité me sert le coeur de devoir t'apprendre cette nouvelle et je ne peux l'adoucir par des paroles douces.

Hier, ton frère et notre bien-aimé roi a été rappelé à Dieu. Depuis ce funeste instant, mes larmes ainsi que celles de toutes les personnes du royaume pleurent notre feu roi qui s'est éteint de manière chrétienne.

Cependant, alors que le corps de ton frère n'est pas encore froid, notre oncle Charles manigance je ne sais quelle manoeuvre. Mère a joint une missive à la mienne et elle saura mieux te l'expliquer que moi.

En attendant tes instructions, Mère a jugé plus sage que les enfants et moi-même demeurions aux côtés d'elle. Je ne peux guère aller à l'encontre de son souhait car je crains comme ce funeste jour de mai 1314 quand des accusations fallacieuses ont été prononcés contre moi. Mère est, malheureusement, la seule personne en qui je puisse faire entièrement confiance alors que tu te trouves loin de moi.

Je sais que l'élection de notre saint père est une chose des plus importantes. Mais, de grâce, Philippe, je te supplie de rentrer le plus vite possible pour Paris. Au nom de la Sainte Eglise et des enfants que je t'ai donné, je te supplie de revenir.

Paris est agité par de sombres bruits et je ne peux qu'attendre avec angoisse ton retour ou au moins quelques unes de tes instructions.

Que Dieu veille sur toi Philippe et reviens-moi, reviens-nous au plus vite,


Jeanne
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: Au nom de France Mar 23 Aoû - 20:55

Mon fils,

Je joins ma missive à la suite de ma fille votre épouse qui vient de vous apprendre l’effroyable nouvelle. N’étant pas présente à Vincennes, je ne peux guère vous donner plus amples détails quant à la mort de notre roi, certains parlent d’un empoisonnement, d’autres de fatalité. On ne le saura sans doute jamais. Je vous adresse toutes mes condoléances mon fils, mais malheureusement nous ne pouvons guère nous attarder sur cette perte. Dès que j’ai appris la mort de votre frère, j’ai fait conduire ma fille à mes côtés, ainsi que vos enfants, pour mieux les protéger, nos deux gardes parviendront à rebrousser tout ennemi qui leur voudrait du mal.
Jeanne vous a brièvement parlé des manœuvres de votre oncle. Celui-ci n’a même pas laissé le corps de votre frère se refroidir qu’il a arraché la reine Clémence de son château de Vincennes, qu’elle affectionne tant, pour l’emmener à la Cité. La malheureuse est maintenant enfermée sous la garde de votre oncle, qui a d’ailleurs fermé le palais à tout étranger. Personne en dehors de son entourage et à moins d’avoir son approbation peut rencontrer la reine. Mon fils, le comte de Valois est en train de prendre la régence, profitant de votre absence. Il entend mettre en avant son rôle auprès du roi Louis et aux côtés de son propre frère, mais vous comme moi savons que vous êtes le plus à même pour prendre cette régence. Vous étiez le frère du roi et vous êtes celui qui est le plus capable de protéger la reine. Profitez de la présence de votre oncle d’Evreux pour prendre cette régence, je vous assure les voix de l’Artois et de la Bourgogne.

Revenez vite.

Mahaut, comtesse d’Artois, pair de France.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: Au nom de France Mer 24 Aoû - 4:38

Chère épouse et chère belle-mère,

Je vous remercie de ses deux missives que vous m'envoyez, mais aussi  de prendre soin de mes biens aimés enfants.  Dès que je les ai reçus, j'ai commencé mes préparations pour le voyage et quand vous recevrez cette lettre, j'aurais peut-être déjà atteint la cour, mais peu importe. Je pars dès maintenant, aussi rapidement que possible vers la cour. Apprendre le décès de mon frère m'attriste au plus haut point, mais je dois ignorer mes émotions et mon deuil pour l'instant. Le destin du royaume est présentement en jeux et seule une main forte peut éviter le pire, j'espère pouvoir la lui donner. Une nouvelle tempête vient de tomber, pas seulement sur notre famille ou sur la cour, mais aussi sur notre destin commun en tant que peuple nous pouvons uniquement espérer qu'il s'agit d'une période courte.

Je comprends votre désir mutuel de ne pas venir en ces lieux, moi même je l'éviterais si ce n'était de la nécessité de la tâche J'aimerais que vous gardiez les oreilles ouvertes sur ce qui se passe en dehors de la capitale. Je crois que quelques factions pourraient aisément bénéficier du chaos qui pourrait facilement éclater à travers un conflit pour la régence se dessine. Idéalement, tout finira par se régler à travers la discussion, mais il faut savoir rester vigilant. Il faut s'attendre au pire, mais en même temps s'assurer de ne pas provoquer qui que ce soit inutilement.

Je vais honorer la mémoire de mon frère une fois arrivé sur les lieux. Je ne peux pas passer cette étape, sinon j'aurais l'apparence du pire des opportunistes et peut-être que j'attirais des suspicions non fondées sur les causes de sa mort (que j'aimerais investiguer si possible). Cela risque de rendre cette régence encore plus infernale, mais ensuite je m'assurais d'avoir le poste que je mérite.

S'il vous plaît, envoyez vos prochaines missives à mes appartements de Paris.


S'il vous plaît envoyez vos prochaines missives à mes appartements de Paris.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Au nom de France

Revenir en haut Aller en bas
 

Au nom de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♔ LES ROIS MAUDITS  ::  :: La vieille correspondance-