AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

MessageSujet: MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. " Dim 17 Mai - 11:10


   

   
Pseudo Web : Mari-Jane
Age : 22 ans
Où avez-vous trouvé LRM ? : Je suis amnésique, je m'en souviens plus !
Comment le trouvez-vous ? : Hummm ?
Votre personnage est-il historique ou fictif ? Historique
Crédits images : tumblr & Mari-Jane
   
Mahaut de Châtillon

   Un lion ne se soucie nullement de ce que pensent les moutons.
   

   
Age : 22 ans
Date & Lieu de naissance : 5 août 1293, au château de son père, dans le comté de St Pol, qui se situe dans le Ternois.
Origine : Française
Situation amoureuse : Elle est la troisième épouse de Charles de Valois et elle est la mère de deux filles, Marie et Isabelle.
Métier : Comtesse de Valois
Allégeance : Comme tout le monde, elle a prêté allégeance au roi Louis X, mais Mahaut ne jure que par son mari.
Groupe : L'Assassin.
Caractère : Mahaut est une femme intelligente et ambitieuse, qui calcule chacun de ses coups à l'avance. C'est une femme qui n'aime pas perdre et elle ne perd pratiquement jamais. Aimante envers ses enfants, elle est très protectrice avec sa famille, qu'elle protège de certains des enfants de son mari. Mahaut est une femme qui aime la richesse et elle aime montrer que son mari est plus riche que la couronne.
Avatar : Natalie Dormer
   

   
Que pensez-vous de la malédiction ?  La Malédiction des Templiers, que Mahaut a pu observer lors de la condamnation à mort de Jacques de Molay a répondu aux souhaits des Valois. Philippe le Bel mort, la lignée royale est fragilisée, en manque d’un roi puissant, capable de stabiliser le pays. Heureusement pour le jeune Louis X, il a, à ses côtés l’époux de Mahaut, le comte de Valois, toujours prêt à servir la couronne. En effet, Charles de Valois est maintenant la tête pensante de la royauté, celui qui insuffle des idées au roi. Pour cela, pour le prestige de sa famille, Mahaut ne peut que remercier la Malédiction.

Qu'êtes vous prêts à faire pour votre camp ?  Mahaut a empoisonné la précédente épouse de son mari. Elle s’est construite toute seule pour arriver jusqu’à cette position et pour la conserver, elle serait capable de tout. Mahaut aime le pouvoir, elle aime la richesse. Tuer, mentir et tricher ne la dérange pas, elle est une femme qui possède de nombreux péchés et heureusement, elle a l’argent pour les absoudre. A quoi bon avoir une vie pieuse ?

   

   


Dernière édition par Mahaut de Châtillon le Lun 25 Mai - 21:11, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. " Dim 17 Mai - 11:28



   
Chapitre I

   


Il y a des familles omniprésentes, que l’on voit partout, que l’on découvre à chaque rang de la société, bien imprégnées, prêtes à tout pour s’élever. L’ambition est le nerf de la guerre des Châtillon, les comtes de St-Pol qui vivent dans le nord de la France. Guy IV de Châtillon était le fils d’un autre de Guy et de son épouse Mathilde de Brabant. Famille importante, bien ancrée dans la noblesse d’Artois, mais peu à la cour de France. Guy IV qui était l’héritier de son père devint en 1289 le nouveau comte de Saint-Pol et trois ans plus tard, il épousa une princesse bretonne, la charmante Marie de Bretagne, fille de Jean de Bretagne et de son épouse Béatrice d’Angleterre. Un mariage prestigieux pour l’homme, puisque son épouse lui apporta une très bonne dot, qui lui permis d’entretenir des liens plus étroits avec la cour. Guy était un comte exemplaire, quoique très ambitieux, il participait à chaque bataille royale, en compagnie de l’ost d’Artois et il gérait pour le mieux ses finances. Son mariage fut rapidement couronné par la naissance de nombreux enfants, tout d’abord deux fils, Jean qui fut appelé ainsi en l’honneur de son grand-père breton, Jacques, puis des filles. Il y eut d’abord Mahaut, puis Béatrice, Isabeau, Marie, Eleanor et enfin Jeanne. De nombreuses filles, de nombreuses alliances en perspectives pour le comte, même s’il allait devoir se ruiner pour toutes les marier.

Cette histoire concerne l’ainée des filles du comte Guy IV de Châtillon, Mahaut. Quand elle naquit en 1293, la petite fille était l’enfant attendue par sa mère, qui après deux naissances masculines, désirée une fille rien que pour elle. La naissance se déroula sans grande difficulté, en quelques heures, Mahaut sortit du ventre de sa mère, pour pousser ses premiers cris et boire au sein de sa nourrice. Le comte et la comtesse de St-Pol avaient une belle famille et beaucoup en Artois vinrent les féliciter pour cette naissance féminine.

Les années passèrent et il était indéniable, Mahaut était la préférée de sa sœur. Cette dernière qui voyait le charme grandissant de sa fille, avec ses charmants yeux bleus et ses fossettes commença à la traiter comme une reine, rendant l’enfant capricieuse et surtout très exigeante envers ses frères et sœurs. La stratégie familiale était ainsi, Mahaut aurait tout, la meilleure dot, le meilleur mariage et les autres filles, ils verraient en fonction des mariages de leurs frères et de leur sœur. Cette préférence ne vint pas bouleverser l’équilibre familial. Parmi ses sœurs, Mahaut était celle qu’on suivait, à qui on voulait ressembler et l’ainée des Châtillon adorait diriger cette cour de petite fille et donner ses ordres. Quand l’une de ses sœurs osait se rebeller, Mahaut ne tardait pas à lui montrer son mécontentement, ce qui se traduisait souvent par une copieuse gifle de la part de l’ainée.  
Marie de Bretagne passait beaucoup de temps à soigner l’éducation de ses filles. Elle s’appliqua tout particulièrement à donner de riches enseignements à Mahaut, espérant ainsi que ses charmes, sa conversation et sa culture amourache un prince de France. Les Châtillon avaient de riches ambitions et ils avaient l’orgueil de penser que leur petite fille aux yeux bleus, pourrait faire un jour partie de la famille royale. Mahaut savait faire de nombreuses choses, même si elle n’était guère patiente. Elle dansait avec beaucoup de grâce, chantait assez bien pour une jeune fille de la noblesse, elle savait lire et écrire et même faire de charmantes broderies, quand elle voulait bien s’appliquer à sa tâche. Mahaut devait devenir un jour une grande dame, il fallait que son éducation suive en ce sens, quoiqu’il en coûte à la famille, en professeur.
Malheureusement pour la famille, l’union royale tant espérait ne vint jamais, puisque ce sont les Bourguignons et la famille d’Artois qui mirent la main sur les trois plus grands partis de France, les fils de Philippe le Bel. Déçus, les Châtillon n’avaient plus qu’à se reporter sur les chefs des grandes familles et leurs fils.

   

   


Dernière édition par Mahaut de Châtillon le Lun 25 Mai - 10:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. " Dim 17 Mai - 11:28



   
Chapitre II

   


A l’âge de treize ans, Mahaut était déjà presque une femme, même si elle n’avait pas encore saigné. La jeune fille avait déjà beaucoup appris et il était temps pour Marie de Bretagne que sa précieuse face ses preuves auprès des plus grands. Les Châtillon étaient ambitieux et ils firent entrer leur fille, dans l’entourage de Catherine de Courtenay, épouse de Charles de Valois, impératrice de Constantinople. La petite Mahaut fut tout de suite dans son élément et même si elle était plus humble avec les filles du comte qu’avec ses sœurs, elle sut rapidement s’attirer l’attention de la comtesse, mais surtout de l’héritier Valois, le jeune Philippe, avec qui elle était d’âge. Les charmes de la petite fille avait rapidement opéré sur le fils Valois, qui à chaque fois qu’il se trouvait dans l’entourage de son père, faisait tout pour passer des moments avec la petite Châtillon. Mahaut qui aimait être entourée, appréciée beaucoup ces premiers moments amoureux. Philippe se comportait comme un galant jeune homme, toujours prévenant et respectueux à s’en encontre, ce qui ne la laissait pas insensible. Quelques mois après son arrivée, lors des fêtes de Noël, il lui offrit un charmant petit bracelet en or, qu’elle s’empressa de montrer à sa mère, dès que celle-ci vient en visite chez les Valois. Marie de Bretagne imaginait déjà un grand mariage pour sa fille, avec le jeune Valois, avec son mari, elle avait déjà constitué à sa fille une coquette dot, qui lui permettrait d’épouser un homme assez puissant.
Loin des préoccupations de sa mère, la jeune Mahaut apprenait beaucoup en compagnie de Catherine de Courtenay, même si elle trouvait la comtesse de Valois trop effacée par rapport à son rôle. Après un an dans l’entourage de cette grande dame, Mahaut commença à s’en lasser, les cancans, la broderie, même si elle pratiquait ces activités avec beaucoup d’attention, cela lui plaisait de moins en moins. Ses seuls plaisirs, s’étaient les moments passés avec Philippe, mais aussi avec les filles Valois, dont Marguerite, que tout le monde cachait aux yeux du monde.

Mahaut était une jeune femme qui savait observer son entourage et après une année passée dans la vie des Valois, elle remarqua les nombreuses tensions qu’il y avait entre le comte et son épouse. En écoutant aux portes, Mahaut apprit que le comte de Valois ne voulait plus du fardeau de la couronne de Constantinople, qui ne lui servait strictement à rien. Son épouse lui avait certes donnée de nombreux enfants, mais elle était devenue ennuyeuse et bien moins représentative du clan Valois. Renonçant aux plans de sa mère et à sa relation avec Philippe, Mahaut s’immisça de plus en plus dans la vie du comte de Valois. Elle faisait exprès de croiser son chemin, elle trainait toujours quand celui-ci visitait sa femme. Elle n’avait que quatorze ans, mais grâce aux apprentissages de sa mère, Mahaut savait charmer les hommes. Les regards langoureux, la fausse modestie, les banals compliments, elle sortit le grand jeu pour avoir ce qu’elle voulait : être la comtesse de Valois avant l’heure, être la belle-sœur du roi Philippe le Bel. Il ne fallut pas longtemps à Charles pour comprendre les attentions de la jeune Châtillon et plus elle le charmait, pour ne jamais lui offrir ce qu’elle voulait, plus il avait bien l’intention d’épouser la jeune fille.

Charles et Mahaut furent très patients. Eloigné Philippe avait été une première étape, pour éviter qu’il ne fasse trop la cour à la jeune femme, puis la discrétion fut de mise. Catherine de Courtenay ne s’attendait à rien, malgré les difficultés de son mariage, elle ne voyait pas la manipulation qui se jouait autour d’elle. Mahaut avait quatorze ans, quand elle finit par agir, avec l’accord de Charles. Se fournir du poison ne fut pas difficile, attendre un jour où Catherine se sentait mal, encore moins. Une nuit, Mahaut glissa le poison dans le vin de sa maîtresse et le lendemain on la retrouvait morte, dans son lit. Sur ordre du comte de Valois, Mahaut fut renvoyée chez elle. Au début, elle craignit une manipulation de la part de l’homme. L’enterrement de la comtesse de Valois ne tarda pas et commença alors pour la jeune femme une longue attente de quelques mois, avant que l’homme ne se présente à St Pol, pour demander la main de Mahaut. Les parents de la jeune fille furent enchantés et ne tardèrent pas à accorder à cette demande et à entamer les négociations du mariage. La dot plus que conséquente serait versée au moment du mariage, en échange, une alliance entre Valois et Châtillon serait de mise.
En juillet 1308, en la cathédrale de Poitiers les troisièmes noces du comte de Valois et de la très jeune Mahaut de Châtillon furent célébrés, en compagnie du roi Philippe le Bel, de ses enfants, mais aussi des autres membres de la famille royale. Charles avait dépensé sans compter pour parer son épouse de beaux atours et pour rendre la noce aussi ostentatoire que possible. La famille Valois brillait, comme elle brillera encore durant de nombreuses années.

   

   


Dernière édition par Mahaut de Châtillon le Lun 25 Mai - 20:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. " Dim 17 Mai - 11:28



   
Chapitre III

   


Dès les premiers jours de son mariage, la nouvelle comtesse de Valois montra qu’elle était une épouse qui coûtait excessivement chère. Robes, bijoux, meubles coûteux, rien n’était trop beau pour la jeune femme, qui voulait un train de vie de reine. Ce que Mahaut voulait, Charles lui offrait bien volontiers, puisque lui aussi avait besoin de combler son égo démesuré. En tant que cadet, le comte de Valois a toujours envié la place de roi qu’occupait son frère et depuis toujours, il tenait à mener un train de vie royal. Après avoir longtemps cherchait une couronne, il se contenterait de l’offrir à ses nombreux enfants, et particulièrement son fils ainé, qui pourrait très bien combler la lignée défaillante de Philippe le Bel.
Peu de temps après son mariage, Mahaut tomba enceinte, montrant ainsi à tout le monde, qu’elle était une comtesse légitime. Plus son ventre s’arrondissait, plus son mari répondait à ses nombreux caprices. Mahaut était très bien entourée, de dames de compagnie, mais aussi des filles de Charles, dont Marguerite, qu’elle avait fini par apprivoiser. Neuf mois plus tard, un accouchement difficile débuta. Charles, comme voulait la tradition, partit à la chasse avec ses hommes et pendant ce temps-là, Mahaut tentait de ne pas montrer ses faiblesses. Elle avait terriblement mal et son corps, qui était celui d’une jeune fille de seize ans, ne cessait de la tirailler. Elle crut se voir mourir plusieurs fois, surtout quand elle donna naissance à son fils et que peu de temps après, elle ressentit à nouveau des douleurs. Pour cette première grossesse, Mahaut donna naissance à des jumeaux, un garçon Louis et une fille Marie. Pour le couple Valois, cette grossesse était bénie par le Seigneur. Lors du baptême, auquel Mahaut n’assista pas, en raison de son confinement, Louis reçut pour parrain le roi de France lui-même et la mère de Mahaut, la petite Marie de son côté eut en parrain le fils ainé de Charles et la jeune Marguerite de Valois.
Mère de deux enfants, rien ne put entacher le bonheur de Mahaut, qui se disait être la plus heureuse. Quelques mois plus tard, pour donner cette note de bonheur à sa chère fille Marguerite, en lui trouvant un parti de choix, auprès de l’un de ses cousins, Guy de Châtillon, comte de Blois. Cette première alliance renforça l’influence de Mahaut auprès de son mari, qui par moment, prenait le temps de la consulter, pour quelques affaires.

Les années passèrent et en 1313, Mahaut donna naissance à une autre fille Isabelle, nommée ainsi en l’honneur de la reine d’Angleterre, qui était par ailleurs marraine de la petite. Mahaut aimait ses trois beaux enfants, son prince et ses princesses, comme elle aimait les appeler et même si elle savait qu’ils ne pourront jamais se supplanter aux premiers nés de son mari, elle avait bien l’intention de leurs construire un prestigieux destin. En plus de son rôle de mère, de maîtresse de la maison Valois, Mahaut prenait plaisir à s’intéresser aux décisions politiques de son époux. Parfois, dans l’intimité, elle donnait son avis sur une question, parfois son mari l’écoutait, parfois il ne le faisait pas, Mahaut ne s’en offusquait presque pas, elle connaissait son mari. La jeune femme participait surtout aux questions qui concernaient la famille, elle fut la première à donner son avis quant au choix de la jeune Catherine de Courtenay, héritière de sa mère, dont Charles voulait donner le fardeau de la couronne de Constantinople à son futur gendre. Les choses furent rapidement conclues et on envoya la jeune fille à Naples, auprès d’un prestigieux mari.
Les pions glissaient sur l’échiquier des Valois et les évènements qui touchèrent la famille royale devinrent très favorables pour l’ambitieuse famille. Tout d’abord, l’affaire de la Tour de Nesle, priva les trois fils du roi, d’épouse, les deux premiers avaient des filles et le dernier étaient sans enfants. Le miracle capétien commençait petit à petit à se déliter. La mort du roi fragilisa la lignée royale un peu plus et Louis X, son remplaçant se montrait facilement manipulable, ce dont Charles profita. Bientôt, il lui présenta même un parti de sa propre famille, la charmante Clémence de Hongrie. Un nouveau pion allait s’installer sur l’échiquier et Mahaut, femme de lumière, femme de l’ombre, avait bien l’intention de profiter de la prestigieuse place de son mari.


   

   
Revenir en haut Aller en bas



Invité

MessageSujet: Re: MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. " Mar 26 Mai - 11:49

Je suis pas sûre mais je crois que Jeanne va détester cette Mahaut !
Revenir en haut Aller en bas

Les Maudits

Le secret dévoilé
Votre clan: Les Valois
Votre personnage:
Crédit: Gentle Heart
avatar


La Reine Empoisonnée
♔ Messages : 678
♔ Date d'inscription : 19/08/2014
♔ Pseudo : Love
♔ Age : 25
♔ Avatar : .

MessageSujet: Re: MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. " Mar 26 Mai - 22:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pub-rpg-design.com/



Invité

MessageSujet: Re: MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. " Mer 27 Mai - 15:15


elle est belle
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. "

Revenir en haut Aller en bas
 

MAHAUT ♤ " Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ❧ Les races
» THE FUNERAL • Tous ceux que j'ai invité
» (avery) tout les moyens sont bons quand ils sont efficaces.
» "Tous ceux qui errent ne sont pas perdus" - LIBRE
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♔ LES ROIS MAUDITS  ::  :: L'audience du roi. :: Rejoignez les Maudits-